Elle déchire, Eugénie... Elle déchire et construit ainsi son oeuvre. A pleines dents, armée de ruban Scotch® elle arrache et transmute des extraits choisis de journaux, livres, images d'époque, et aujourd'hui capte  les inter-plans de séquences vidéos et films cultes. Faits divers ou vers de Baudelaire, icônes décalées, artistes engagés ou héroïnes romantiques, elle sélectionne de son art numérique sublimé de peinture et/ou de bombe aérosol, le substrat de ce qui devient peu à peu un tableau. Et comme autant de pansements sur une plaie à vif, par petites bandelettes peintes où adhérent les mots, les symboles et les couleurs, elle compose. Par terre, à même le sol, les bandes adhésives Scotch® en guise de pinceau, du fond des tripes elle scratche et « scotche » patiemment ce qui lui parle. Et peu à peu, sous les épaisseurs du ruban Scotch® émergent sur une toile de nouvelles images de ses héros, avec cette part d’ombre et de mystère qui les rend tellement mortels.

Son histoire avec le ruban Scotch® commence comme un poisson d’avril, le 1er avril 1999. Installée à Paris, à Montmartre, entourée d'artistes elle cherche dans l'art (cirque, chanson) son moyen d'expression salvateur.  J'ignorais alors jusqu’à ce jour, qu'un simple rouleau d’adhésif Scotch® devenait un Phénix, et l'instrument majeur de mes créations ». Ainsi naîtra sa toute première œuvre « scotchée ». Dès lors, la belle ne cessera plus d’arracher et d’en remettre des couches sur l’encre imprimée, sur sa propre vie comme une douce rémanence.

La jeune artiste autodidacte, encouragée par quelques galeristes qui croient en elle, commence à vendre, affirme sa gestuelle et peaufine une technique très personnelle. 

Eugénie Fauny est née le 18 mai 1974  à ST-LO dans la Manche.  


Des toiles éclatées                                 
blessées                                                     
morcelées                                                  
Mise en scène pragmatique                   
de l’espace                                                
des sujets                                                                       
de la fabrication                                       
Il y a quelque chose                                
d’artisanal 
comme de l’art brut                                 
C’est frais cela questionne
L’enfance n’est pas loin
Le ruban adhésif comme les pansements 
d’une blessure ordonnée 
sur la toile ? 
Il y a de la joie
De la mélancolie

Tcheky Karyo


« L’élan collé »

Sous le plastique et la colle et sur le papier ou la toile, 
il y a l’envie, le désir, la couleur, la forme, le poids du muscle du bras, 
la joie, le trou noir, l’harmonie de la surface,  le corps, la vision, le creux, le rond, le partage...les couleurs de la vie... 
nous sommes scotchés ensemble dans ce plan.
Et ça fait mal lorsqu’on regarde ailleurs 
comme un pansement qu’on arrache de sa peau.

 Hélène Demazières

 

« Recoller le monde. »

Réflexions sur le travail de collage d’Eugénie Fauny
Le Scotch® Art d’Eugénie puise son imagerie dans le déferlement de culture visuelle imprimée auquel nous sommes tous confrontés au quotidien. 
Elle apporte un sens artistique et philosophique à des images vides de sens, qui, sans son intervention, finiraient à la poubelle. C’est une créatrice de beauté. Les œuvres semblent jouer avec le surréalisme et le pop art. La plupart de ses œuvres comportent une silhouette, un robot, une personne, une femme ou un personnage historique. Est-ce ce à quoi ressemble l’histoire ? Ces personnages évoluent tous dans une mer de mots et d’idées, entre l’esprit pictural et l’esprit littéraire, comme une représentation de ce que nous voyons et pensons. Les collages d’Eugénie sont empreints de romantisme et de mystère, tout en conservant chaleur et attrait. Elle réalise des compositions colorées intéressantes qui permettent de dire qu’elle peint avec du ruban adhésif. L’utilisation répétitive du scotch sert non seulement à fixer l’image, mais c’est aussi la métaphore poignante d’un monde qui s’écroule.

Merci Eugénie de recoller le monde pour nous.

Troy Henriksen